Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

MicroLAS ou le séquençage de l’ADN en dix minutes

Aurélien Bancaud, chargé de recherche au CNRS, vient de recevoir le premier prix d’instrumentation de la Société française de Chimie pour sa découverte d’une nouvelle méthode de séquençage de l’ADN.

 

Une découverte « au potentiel considérable » : la méthode mise au point par ce chercheur, baptisée MicroLAS, permet de « séquencer l’ADN en dix minutes au lieu des trois à quatre heures habituelles ».

La méthode utilisée depuis les années 70 consiste à « déposer l’ADN sur une matrice, c'est-à-dire un moule servant à reproduire une empreinte, constituée d’une sorte de gel ». Le passage d’un courant électrique au travers de ce gel déplace les morceaux d’ADN selon leur taille. « L’image ainsi obtenue forme un ’code barres’ ». L’analyse dure trois à quatre heures, comprenant une étape de concentration de l’ADN et une seconde étape de préparation du gel.

Avec MicroLAS, plus besoin de matrice : l’ADN est déposé sur une puce, « où sont collés des circuits fluidiques sur du silicium ». L’étape de concentration de l’ADN est elle aussi contournée, la nouvelle méthode étant « de 100 à 1000 fois plus sensibles ».

Le séquençage de l’ADN est notamment utilisé en criminologie mais aussi dans les tests génétiques de diagnostic ou de prédisposition. « En réduisant le temps d’analyse nécessaire, on réduit le coût » : MicroLAS se révèle être une « aubaine » pour les entreprises commercialisant ces tests génétiques.

Le CNRS a également communiqué sur une « méthode universelle de séquençage d'ARN à portée de tous », permettant de « gérer de manière efficace et rentable n'importe quelle source d'ARN ». Mise au point par des chercheurs de l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire, cette méthode baptisée TARDIS a fait l'objet d'une publication dans la revue Nature Protocols.

Les commentaires sont fermés.